SEO, QUÉZACO ?

SEO: pour frotter Google dans le sens du poil

La SEO, qu’est-ce que c’est ? Acronyme de Search Engine Optimization dans la langue de Google (il y a longtemps que plus personne ne connaît Shakespeare…), la SEO consiste à rendre un site le plus attractif possible pour les moteurs de recherche comme Google mais aussi Bing, Yahoo et autres têtes fouineuses du web.

LA SEO, AU SERVICE DU RÉFÉRENCEMENT NATUREL

Pour que les internautes trouvent un site web il faut d’abord qu’il soit indexé, repéré par les moteurs de recherche, ce sont eux les premiers lecteurs. Mais comme les internautes ne vont guère au-delà de la première page de réponses à leur requête, quand ce n’est pas sa seule première moitié, mieux vaut figurer dans les premières occurrences. Et pour cela il faut que le site soit bien référencé et bien positionné… c’est là que ça se complique et qu’intervient la SEO.

L’OPTIMISATION POUR LES MOTEURS DE RECHERCHE, GAGE DE VISIBILITÉ

Pour simplifier les choses, la visibilité d’un site dépend d’un ensemble de techniques qui doivent être mises en œuvre pour améliorer ce fameux référencement naturel (élaboration et ajustement des balises, méta-descriptions, etc). L’optimisation pour les moteurs de recherche peut concerner l’ensemble d’un site et jouer sur sa structure notamment ou sur des pages particulières. Bien sûr, et c’est ce qui concerne directement la rédaction web, la SEO s’applique aux textes en particulier.

UN CONTENU EFFICACE EST UN CONTENU OPTIMISÉ

Les moteurs de recherche développent, et modifient sans cesse, des algorithmes qui leur permettent de repérer sur la toile les contenus correspondant aux requêtes tapées par les internautes. Pour cela le rédacteur web doit user, sans en abuser, de mots-clés judicieusement choisis, placés et mis en valeur sur la page pour que les moteurs de recherche les repèrent. Mais un contenu même optimisé SEO n’est pas destiné au final aux moteurs de recherches : c’est à l’œil de l’internaute qu’il faut penser. Rien ne sert donc de bourrer un texte de mots-clés, la sur-optimisation produisant d’ailleurs l’effet inverse à celui recherché : bien qu’étant des machines Google, Bing et consorts n’aiment ni le bourrage de crâne ni le contenu dupliqué.

UN CONTENU OPTIMISÉ EST D’ABORD UN CONTENU DE QUALITÉ

Une bonne orientation SEO du texte consiste donc en la mise en œuvre d’un certain nombre de règles. Si les moteurs de recherches sont sensibles à une bonne optimisation qu’on pourrait qualifier de purement « technique », curieusement pour des machines ils sont également sensibles à la qualité et à la richesse des contenus publiés sur les sites… trop forts ces robots. Les moteurs de recherche mettent en avant les sites ayant de nombreuses visites, or le meilleur moyen d’avoir des visiteurs et surtout de les inciter à revenir régulièrement, c’est d’apporter des réponses à leurs questions, de proposer un contenu souvent renouvelé et correspondant à leurs requêtes, de préférence dans un style attrayant et en tout cas adapté à la cible.

La SEO est donc une mécanique complexe qui fait intervenir différentes compétences, associant qualités rédactionnelles, sens du marketing et connaissances techniques. D’où la nécessité pour le rédacteur web d’être polyvalent et curieux. Et de publier régulièrement car les moteurs de recherches adorent les sites dynamiques : on a beau être sur la toile, le web a horreur de ce qui sent la poussière.

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour SEO, QUÉZACO ?

  1. Sirius dit :

    Tout comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, je dois être inconsciemment un « optimisateur », car mon blog est bien référencé sur le moteur de recherche le plus populaire, au moins en ce qui concerne mes articles documentaires. tes conseils témoignent d’une excellent connaissance du terrain…

  2. Bonsoir Ségaline,
    Je me posais la question à propos de SEO. Eh bien voilà, je sais ce qu’il en est. Merci pour cet article très éclairant. Je me sens désormais en phase avec ce drôle de mot sans signification jusqu’à la lecture de ton article. Je sens également mon intelligence grandir : je suis moins ignare désormais et ce qui m’échappait il y a encore pu, fait partie intégrante de ma mémoire. Mais je me garderai bien d’apprendre par cœur l’expression ayant donné naissance à cet acronyme : le bourrage de crâne inutile, très peu pour moi.

Répondre à Sirius Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s